Jardins dans l'Est

Voir 8 vidéos de jardins

Le Parc du Château de Bionnay, demeure du XIX ème siècle au coeur du Beaujolais avec son chemin de roses de 60 m de longueur. Au coeur d'une propriété privée du XVII ème siècle, le parc du Château offre sur 5 hectares, la visite d'un jardin à la Française et des jardins thématiques sur le thème de la rose ; italien, jardin aromatique, jardins des roses, jardin du Cloître :

Visité en 2016, le jardin "la bonne maison" à La Mulatière (beaujolais) de réputation internationale. Depuis 50 ans, Odile Masquelier façonne avec passion son jardin situé à La Mulatière (Rhône) aux abords de Lyon. De ce lieu, la jardinière autodidacte en a fait un jardin luxuriant sur 10 000m². Ici s'épanouissent 800 variétés de roses dans un fouillis organisé par un chef d'orchestre attentif au moindre détail. 80 printemps, des dizaines de voyages à l'étranger, et une endurance à toute épreuve.Aucun traitement phytosanitaire depuis 22 ans, et des résultats spectaculaires que les visiteurs à cette saison peuvent admirer chaque matin. Le jardin, reconnu par les botanistes du monde entier, a aussi vu défiler la presse internationale, à qui Odile Masquelier ne manque jamais de délivrer son message : "Un jardin, c'est une création, c'est vous. Il y a des gens avec des tout petits jardins qui font des choses merveilleuses, qui leur ressemblent, et qui leur vont bien". C'est en Écosse et en Angleterre que la jardinière a connu ces toutes premières inspirations, avant de développer cette passion désormais très française. 

Le "Nouveau Jardin de Bernard" à Limonest (beaujolais) en 2016 par son jardinier Bernard Tuaillon :

Le "Jardin de ma Mère" à Saint Georges de Reneins (beaujolais) en 2016 par son jardinier Christiane Morizot :

Le jardin "La Belle Allemande" à Lyon :

Sur 9.500 m2 le "Jardin de l'Hermitage" de M Mme Marc de Sereys (beaujolais) en 2016. Créé par Margot dans un environnement d’arbres séculaires, le jardin de l’Hermitage mêle harmonieusement rosiers et plantes vivaces. Le jardin de 9 500 m2, bordé de deux allées d’arbres, est riche de plus de 600 variétés de roses anciennes et modernes. Le rosiériste Fabien Ducher, qui en a fourni la plupart, a même créé en 2002 une rose au nom de sa petite fille « Marie-Lys ». Si les roses sont privilégiées, elles sont agrémentées de plantes vivaces réparties en massifs aux tons dégradés : roses, rouges, blancs, jaunes et saumon :

Le jardin du "Château Saint Bernard" (beaujolais) visité en 2016 avec Gilles Brieurs. Le château est entouré d’un espace de 2 hectares aménagé depuis 2003 en un magnifique jardin. Il est gratifié « Jardin remarquable » en 2013. Il est composé de trois parties, réunies par le thème commun de la taille fruitière ancienne. Le jardin principal présente un parcours formé de douze petits jardins à thème : couleurs, jardin des sorcières avec ses plantes toxiques et plantes noires, jardins éphémères, graminées, petits fruits, cucurbitacées et jardin aquatique. Il se termine par un labyrinthe de centaine de pommiers et poiriers avec plus de quarante formes fruitières différentes. Celles-ci furent conduites sur les conseils et avec l’aide technique de Jacques BECCALETTO, ancien chef de culture du potager du Roi à Versailles et auteur d’ouvrages de référence. La roseraie, plantée en contrebas de la terrasse fleurie, relie les deux parties principales du jardin. La prairie est consacrée, au printemps à l’éclosion de milliers de jonquilles, et à l’automne, au spectacle d’arbres sélectionnés pour la couleur de leurs feuillages :

Le "Parc de la Tête d'Or" à Lyon en 2016 :