Jardins en Bretagne et Grand Ouest

30 vidéos de jardins

- le "jardin du bâtiment" du chef d'orchestre et claveciniste William Christie à Thiré en Vendée (octobre 2014), guidée par le chef jardinier David Martin. Jardin remarquable entourant le logis du XVIIè. Huit parterres de buis en broderie se trouvent symétriquement disposés devant le logis, sur son axe principal. Une longue pergola d'inspiration rustique remplace une aile de maison détruite et donne accès à un théâtre de verdure taillé en ifs, avec la particularité d'être taillé en « chinoiserie ». Un petit cloître adossé au pignon nord de la maison comprend quatre carrés de buis. L'arrière de la maison est dominé par une terrasse qui s'étend sur toute sa longueur. Cette terrasse surplombe un vaste carré, divisé en quatre, où les allées sont bordées d'ifs taillés en topiaires et de tilleuls palissés à l'italienne. L'ensemble est fermé par une charmille taillée en festonnages. Un miroir d'eau de soixante-dix mètres de long le prolonge en contrebas, au niveau de la rivière : cet ensemble est donc conçu en terrasses à l'italienne. Les abords de ce miroir sont plantés de platanes au-delà desquels la nature sauvage prend le relais. 
Le visiteur averti reconnaîtra, dans cette composition éclectique, les éléments du jardin franco-italien maniériste, ceux aussi du jardin hollandais du 17e, en passant par le jardin Arts and Crafts anglais du début du 20e siècle anglais :

- Le jardin botanique de Haute Bretagne en octobre 2014 (sous une pluie diluvienne)

Ce parc floral et botanique de 25 hectares acclimate des essences de tous les continents dans 24 jardins thématiques contemporains..."inspirés par des poèmes, des souvenirs de voyages ou encore l'histoire des jardins,...ce parc de rêve, ce dédale de plaisir... est ouvert sur la beauté désarmante du paysage breton. La diversité des plantes, des fleurs, des points de vue offre au visiteur une promenade de charme éternellement dépaysante."... 
Extrait du guide " La France des jardins  " :

- Le jardin des plantes de Nantes (Loire Atlantique) (en octobre 2014) accueille Claude Ponti, le célèbre illustrateur qui a conçu une dizaine d'installations originales d'envergure. Cette collaboration avec les jardiniers a donné naissance à "Serpicouliflore" une construction qui ondule sous le sol, où à des personnages hybrides nés dans des pots de terre. Les "bancs processionnaires" alignés le long des allées sont rejoints par des "Togobans" :

- Le parc monastique du Prieuré Saint Pierre à Réaumur (Vendée) en septembre 2014. Ce jardin aurait été redessiné vers 1750 par les chanoines de Saint Augustin. Depuis il a gardé ses structures : des terrasses successives, des alignements de Taxus Baccata taillés en topiaires (certains sujets doivent dépasser les 300 ans d'âge). Au centre des terrasses, un jardin monacal a été reconstitué dans l'ancien affiage. Au sud, une percée vers des prairies, des étangs et la campagne. A l'est, un bois descend vers la rivière (le Grand Lay). C'est une invitation à une promenade bucolique :

- Le parc du château de la Salière à La Caillère Saint Hilaire (Vendée) en septembre 2014:

- les jardins suspendus du château de Pau (Pyrénées Atlantiques) en août 2010 :

- La petite coudraie à saint hermine (vendée) en octobre 2014 :

- Les jardins du Logis de la Chabotterie à Saint Sulpice Le Verdon (Vendée) en octobre 2014:

- Le jardin médiéval de Bazoges en Pareds (Vendée) en septembre 2014. Dans les châteaux au Moyen Âge, le jardin a bien sûr une destination nourricière mais c'est aussi un salon de conversation. Il représente le Paradis Terrestre, un monde clos propice à la promenade poétique au milieu des couleurs, des senteurs, et du chant des oiseaux, en d'autres termes l'espace de l'amour courtois. La forme carrée est la représentation symbolique du monde de la terre. Au centre on trouve généralement une fontaine ou un bassin, à Bazoges-en-Pareds a été placé un cadran solaire.

La surface du jardin de Bazoges est divisée en 16 carrés, chacun enclos de fascines de châtaignier et se compose de la manière suivante : Carrés destinés aux plantes potagères, Carrés destinés aux plantes médicinales, Carrés destinés aux plantes aromatiques, Carrés destinés aux plantes magiques dites de sorcellerie, Un verger, Un triangle de fleurs :

- Le parc du Thabor à Rennes (Ile et Vilaine) visité en octobre 2014. Classé jardin remarquable, le Thabor a fêté ses 150 ans en juin 2018 et fait partie des lieux incontournables à visiter à Rennes. Aménagé dans sa forme actuelle en 1868, il s’étend sur 10 hectares avec un jardin à la française, un parc à l’anglaise, une roseraie, un jardin botanique :

Les jardins de Pellinnec en Côte d'Armor visité en septembre 2018. Ce jardin, niché au fond de la baie du Pellinec, est favorable à l'acclimatation d'une large palette végétale. Les jardins ont été dessinés en fonction des différences de sols afin de favoriser la beauté naturelle des végétaux. Les 7 hectares, dont 4 has de jardins, sont divisés en plusieurs thèmes : Le jardin exotique, d'iris sur pilotis, austral, l'allée himalayenne, la prairie aux magnolias et l'étang aux nymphéas. La recherche de l'harmonie des couleurs et des graphismes est continuelle, ainsi que la mise en valeur des végétaux les plus rares :

Les jardins de Kerdalo en Côte d'Armor visités en septembre 2018. Les jardins de Kerdalo sont nés en 1965 de l‘imagination jardinière et du talent artistique de Peter Wolkonsky, séduit par les terres acides et vallonnées d‘une ancienne ferme surplombant le Jaudy. Depuis son décès, les collections s'enrichissent régulièrement au gré de nouveaux aménagements. Ce domaine de 18 ha offre un monde blotti, clos, à la fois naturel et façonné dans un univers botanique et romantique :

- Le jardin de Chaligny à Sainte Pexine (Vendée) en octobre 2014. Alain Durante vous accompagne dans sa "maison des champs" (jardin remarquable) telle qu'on les imaginait au XVIIè et recréée aujourd'hui en y mêlant du contemporain, jardin d'agrément, potager, fruitiers, rivière et bois parcours d'allées cavalières :

- Parc du "Domaine de Grenade" en Gironde visité en avril 2014. Le parc paysager de Grenade, grandiose et pittoresque (153 ha), est un patrimoine unique et exceptionnel en Aquitaine, car il abrite en son sein la plus grande forêt de Rhododendrons d'Europe avec ses 40 ha dont certains spécimens atteignent 3 à 10 m de hauteur. Le parc paysager et forestier fût réalisé par les architectes paysagistes BÜHLER qui ont alors créé un écrin de verdure à l'ensemble du bâti tout en y implantant des essences rares et des arbres remarquables (cèdres de l'Atlas et du Liban, Cyprès chauve, Séquoias Géants, Tulipiers de Virginie ...) :

- Les jardins du château de Villaines (Sarthe) en septembre 2014. Jardin potager clos de murs, de dessin classique (axé, géométrique et symétrique), restauré depuis 1997, s'intégrant dans une vaste composition régulière. (Site classé). Le ministère de la culture a attribué le label "Jardin Remarquable" en Janvier 2006 et le potager de Villaines a également reçu le grand Prix 2005 du Concours National des jardins potagers de France attribué par le SNHF en novembre 2005 :

- Les jardins de l'Argentor (Charente) en septembre 2014. -l'arboretum est installé sur un terrain en pente qui surplombe le canal de dérivation de l'Argentor. Ce bief alimentait autrefois la roue du moulin. Il limite le jardin par une agréable circulation d'eau vive. La partie ouest est la plus accidentée : c'est en même temps la plus travaillée. L'architecte Bureau a su tiré part de ces importants dénivelés. L'accès principal du jardin se fait par le haut et offre un point de vue plongeant sur le site, sans toutefois en découvrir la totalité. Des buis taillés "à la française" organisent les cheminements. Des circulations d'eau en petites cascades ont été créées et serpentent entre pierres et buissons. Au cœur du jardin, une petite pièce d'eau ouvre et anime d'une autre façon l'espace. La partie la plus à l'est quant à elle ferme l'espace du jardin sur la campagne toute proche. C'est la que sont plantés les grands arbres, magnolia, araucaria, pin sapo thuya et platanes. Ces derniers assurent visuellement la transition entre les plantes de collection et les essences vernaculaires. -le jardin aquatique se situe entre le canal et la rivière l'Argentor. Il fait la transition entre le jardin botanique ancien et sophistiqué et les espaces naturels de la vallée. Ce jardin est élaboré autour de quatre grands ensembles constitués par des placettes et des pièces d'eau  :

- Le parc du Domaine de l'Auneau (Vendée) en septembre 2014. Situé en plein bocage vendéen, au centre d'un domaine agricole, le Parc de L'Auneau a été planté en 1899 alors que s'achevait la construction de la « Villa-Castel », maison de maître carrée harmonisant les lieux. D'inspiration italienne, cette construction atypique pour l'époque est l'œuvre de Joseph Libaudière, l'architecte alors en vogue de nombreux châteaux en Loire Atlantique, dans le Maine et Loire et en Vendée. Une des principales caractéristiques de ce parc est sa position en belvédère dominant la vallée du Petit Lay. Il s'agit d'un parc-paysage offrant des vues panoramiques remarquables qui renvoient à l'identité paysagère de la Toscane. :

- Le jardin de la Pellerine (Mayenne) en octobre 2014 : aux confins de la Mayene, aux portes de la Bretagne, Sylvie Douinot a aménagé autour de son logis du 17è un jardin romantique sur plus de 2 ha. Un régal.

- La maison de la vie rurale (Vendée) en octobre 2014 :

- Le parc du château de L'Hermenault (Vendée) en octobre 2014. Grandiose résidence d'été des évèques de la région du XIVè au XVIIIè :

- jardin du château de gaujacq (Landes) en 2008 :

- Le jardin de jean-yves Poiroux à Olonnes sur mer (Vendée) en septembre 2014:

- les jardins du château de Morlanne (Pyrénées Atlantiques) en août 2010 et ses "villageois" :

- Le jardin d'Alcime à Aubigny en Vendée en septembre 2014. Un vrai bijou coup de coeur !!!

- En Bretagne Château du Montmarin en 2018 :

- En Bretagne Le jardin de la Péfolière en 2018 :

- En Bretagne les jardins des renaudies en 2018 :

- En 2018 Malouinière du Val Ernoul en Bretagne. Le Grand Val Ernoul est construit en 1719 pour Gabriel Macé de la Villéon, lieutenant général et futur maire de Saint-Malo, sur le site d'un ancien manoir attesté au début du 16e siècle et dont subsistent quelques vestiges. Maison de villégiature d'une élégante sobriété, elle adopte les caractères architecturaux d'une malouinière classique de taille moyenne, dominant une suite de terrasses qui s'étagent à flanc de vallon et que prolonge un grand bassin rectangulaire alimenté par un petit cours d'eau. Le colombier et les moulins du domaine ont disparu, de même que le décor d'origine du logis. Les propriétaires actuels se sont attachés, depuis 1998, à la réhabilitation du site en s'appuyant notamment sur le relevé des côtes de France de 1775, restaurant la cour d'entrée, recréant un jardin régulier sur les terrasses, reconstituant un parc avec sa grande avenue :

- En Bretagne Notre Dame des Chênes en 2018 :

- En Bretagne malouinière du bos en 2018 :